Les lanternes lunaires de la côte Ouest

JACK POOLE PLAZA

30 JANVIER – 18 FÉVRIER / 8:00 am – 11:00 pm

En signe de reconnaissance envers les Premières Nations des Salishes de la côte pour les territoires non cédés que nous occupons, ces lanternes ont été créées par des artistes autochtones appartenant aux nations Squamish, Musqueam et Tsleil-Waututh, ainsi que par un artiste indigène du peuple Atayal de Taïwan en vue de célébrer l’une des plus importantes traditions asiatiques : le Nouvel An lunaire. Festival unique en son genre, le LunarFest est fier de présenter ces lanternes inédites au sein de la Ville de Vancouver avec l’appui de Tourism Vancouver et du Vancouver Convention Centre. 

Lanterne conçue et créée par : Yi Lun Yao, Taïwan

2019 LunarFest - Coastal Lunar Lanterns - Salish Giant

Salish Giant

D’après une légende Squamish locale, l’océan abritait autrefois une énorme créature mythologique qui contribua à modeler la géographie de la baie. Sur le dessin, un immense poulpe renversé occupe l’espace de l’océan, tandis que les montagnes délimitent l’eau et le ciel en créant une rupture graphique marquée. 

Cory Douglas (Squamish/Vancouver)

Né à Vancouver, membre de la Première Nation Squamish, de descendance Haida et Tsimshian. Cory a lancé son entreprise Modern Formline en tant qu’artiste graphique et maîtrise désormais la création de tambours, de tatouages, de peintures originales et de bijoux gravés à la main. 

2019 LunarFest - Coastal Lunar Lanterns - Spirit of Life

Spirit of Life (l’esprit de la vie)

La lumière a le pouvoir d’évoquer les forces spirituelles en raison de la vitalité qu’elle incarne dans pratiquement toutes les cultures. Dans la culture salish, durant les mois d’hiver, on raconte des histoires et on célèbre la vie en chantant et en dansant autour d’un grand feu dans la maison longue. Les flammes vacillent et tournoient dans un fabuleux spectacle. Cannell a voulu symboliser l’esprit de la vie et sa célébration en imaginant ce magnifique motif interculturel de lanterne. Très moderne, cette illustration d’inspiration salish arbore des couleurs généralement réservées aux festivals de lanternes contemporains et représente un enfant qui tient une lanterne à la main et danse joyeusement au clair de lune.

Thomas Cannell (Musqueam/Vancouver)

Né sur le territoire traditionnel des Musqueam en 1980, Thomas a travaillé aux côtés de sa mère, l’artiste salish de la côte ouest Susan Point, en tant que graveur et designer. En 2014, Thomas a reçu une récompense de la province dédiée aux arts des Premières Nations (British Columbia Achievement Award for First Nations Art) et il est actuellement membre du Conseil des arts de la Colombie-Britannique. 

2019 LunarFest - Coastal Lunar Lanterns - Praying to the Crows

Praying to the Crows (prier les corbeaux)

Symboles des relations entre les hommes et les corbeaux de Vancouver, les trois lunes représentent à la fois des icônes lunaires et des personnages. Porteurs de joie, les corbeaux transmettent des messages aux personnes au-dessus desquelles ils volent. Lorsqu’ils survolent la ville en groupe, ils apportent de la joie aux individus en montrant qu’ils ont survécu malgré l’évolution urbaine parfois difficile. « Spò:l » signifie « corbeau » en langue Tsleil-waututh. 

Zachary “SKOKAYLEM” George (Tsleil-Waututh/Vancouver)

Zac est né et a grandi à North Vancouver. Il vit aujourd’hui à Chehalis (C.-B.). Son travail s’inspire de ses regrettés grands-parents, Chef Dan et Amy George, ainsi que Robert et Betty Edge. Zac a étudié la sculpture auprès de Don Joe de Chehalis et il est fier d’utiliser le style artistique propre aux Salishes de la côte. Il vit selon le mode de vie et la culture très riches des Salishes : il chasse, il pêche et suit les principes spirituels traditionnels pratiqués par son peuple depuis des siècles. 

2019 LunarFest - Coastal Lunar Lanterns - Sharing

Sharing (le partage)

Le peuple Atayal aime le partage et les coutumes (appelées « gaga » en langue atayal). Cette œuvre s’inspire des motifs de tissage traditionnels de la culture atayal, du style de tatouage facial et de sa valeur essentielle du partage et des « gaga ». L’une des coutumes « gaga » consiste à considérer que les fruits de la chasse doivent être partagés : c’est ainsi que la communauté reste connectée et soudée. Ce concept est symbolisé par les sangliers. Une autre « gaga » est liée aux tatouages sur le visage. Afin de traverser le « pont arc-en-ciel » et d’accéder au paradis après la mort, il faut d’abord mériter son tatouage facial. Les femmes l’obtiennent lorsqu’elles sont capables de tisser. Sur la lanterne, cela est représenté à travers le motif de tissage atayal traditionnel et la femme arborant un tatouage sur le visage. 

Miru Hayung (Tayal/Taoyuan, Taiwan)

Artiste indigène taïwanais de la tribu des Zihing du peuple Atayal de Taoyuan (Taïwan). En langue atayal, « miru » signifie « écriture ou peinture créative ». Ses œuvres célèbrent la « vie éternelle ». Très colorées et abstraites, ses créations abordent des thèmes tels que l’équilibre dans la nature, ses caractéristiques changeantes, ainsi que les émotions humaines les plus subtiles. 

Remerciements particuliers à Leigh et Carol Pan pour leur généreuse contribution.

2019 LunarFest Logo
ORGANISATEUR
2019 LunarFest Sponsor
COMMANDITAIRE DE PRÉSENTATION
2019 LunarFest Sponsor
GOUVERNEMENT
2019 LunarFest Sponsor
GOUVERNEMENT
2019 LunarFest Sponsor
COMMANDITAIRE PRINCIPAL
2019 LunarFest Sponsor
COMMANDITAIRE PRINCIPAL
2019 LunarFest Sponsor
COMMANDITAIRE PRINCIPAL

PARTENARIATS

Pour plus de renseignements sur les représentations ou sur les collaborations en tant que fournisseur ou partenaire, contactez-nous à l’adresse suivante : info@acsea.ca.

Pour plus de renseignements sur notre festival partenaire à Toronto, contactez-nous à l’adresse suivante : info@lunarfest.com.

CONTACTEZ-NOUS
""
1
Contact Us
Name
Comments
0 /
Previous
Next

Inscrivez-vous
à notre liste de diffusion

©2018 Asian-Canadian Special Events Association

Edited and translated by Caroline Valle